Projet

24 juin 2019 : La Fédération française des Banques Alimentaires rejoint le projet

5 juin 2019 : L'Armée du Salut et La Chorba rejoignent le projet

L'Armée du Salut et La Chorba bénéficieront directement des dons en argent collectés grâce au dispositif mis en place par le projet dans le réseau des restaurants partenaires.

18 mars 2019 : « Emballé ! C’est l’emporter » : 20 restaurants dans le réseau

Le projet de Libegaf de soutien à l’aide alimentaire et de lutte contre le gaspillage alimentaire « Emballé ! C’est l’emporter » est en action : Après un mois et demi de démarches sur le terrain depuis la mi-janvier, sur les trente-cinq restaurants parisiens visités, dans les 9e, 10e, 13e, 14e, 15e et 18e arrondissements, vingt d’entre eux sont entrés dans le réseau du dispositif. Ces établissements acceptent ainsi de communiquer et d’informer la clientèle sur l’opération « Emballé ! C’est l’emporter ». Il s’agit pour eux de proposer des doggy bags et de soutenir l’aide alimentaire par le don en argent. Dans ce but, Libegaf a fourni à chacun des restaurants un kit incluant la présentation du projet, 10 doggy bag, 50 flyers, et un présentoir de ce document.

La démarche de Libegaf a consisté à rencontrer les restaurateurs et à leur poser quelques questions afin de cerner leurs pratiques contre le gaspillage alimentaire. Ces entretiens ont également permis de voir s’ils étaient sensibles ou non au projet. Les restaurants visités sont en grande partie des établissements pratiquant une cuisine bio ou éco responsable et, par conséquent, acteurs dans la lutte contre le gaspillage alimentaire (vigilance sur la gestion des stocks, calibrage des assiettes, usage de doggy bags…).

Ce premier bilan permet de constater que le projet « Emballé ! C’est l’emporter » est plutôt bien accueilli par les restaurateurs. Ils sont favorables à la remise de doggy bag proposés par Libegaf, à la sensibilisation de leur clientèle contre le gaspillage alimentaire et au don en argent à une ou plusieurs associations d’aide alimentaire.

La remise du kit de communication est en outre appréciée, avec un intérêt marqué pour les flyers et le présentoir installés sur le bar. Seule l’idée de mettre en place des présentoirs sur les tables n’est généralement pas approuvée, faute de place. Certains restaurateurs ont également fait part de leurs besoins d’obtenir d’autres outils de communication : autocollants, affichettes… Les prochaines démarches dans les restaurants vont permettre d’ajuster les besoins, en particulier par la livraison de doggy bag plus petits et d’autocollants.

« Emballé ! C’est l’emporter » va maintenant trouver son essor grâce à la recherche de partenariats avec deux ou trois associations d’aide alimentaire. Une dizaine d’associations oeuvrant dans ce domaine ont été contactées. Les futurs partenaires contribueront à la bonne visibilité du projet et à l’efficacité de sa communication. Les associations partenaires bénéficieront des dons en argent collectés via le projet pour renforcer leurs actions pour l’aide alimentaire aux plus démunis.

kit

Le projet « Emballé ! c’est l’emporter », c’est :

  • Développer et entretenir un réseau de restaurants volontaires pour lutter contre le gaspillage alimentaire

  • Diffuser dans tous les restaurants du réseau des supports de communication expliquant le gaspillage et mettre à disposition des restaurateurs et de leurs clients des doggybags

  • Promouvoir simultanément dans ces restaurants l’action des associations d’aide alimentaire en sollicitant des dons à leur profit

Lutter contre le gaspillage alimentaire c’est:

  • Protéger l’environnement car l’impact carbone des pertes et gaspillages alimentaires est évalué à 15,3 millions de tonnes équivalent CO2, soit 3 % de l’ensemble des émissions de l’activité nationale

  • Réduire des pertes qui , mises bout à bout tout au long de la chaîne alimentaire, finissent par peser lourd : entre 20 à 30 kg par personne et par an

  • Estimer que jeter de la nourriture est inacceptable au moment où, selon le Baromètre 2018 Ipsos-Secours populaire français, 21 % des Français, soit un Français sur cinq, ont du mal à se procurer une alimentation saine et équilibrée pour assurer trois repas par jour

L’aide alimentaire apportée par les associations est aujourd’hui devenue indispensable pour ces populations fragilisée.